Votre message a été correctement envoyé !
contacter la rédaction web marquer dans vos favoris  
 
numero en cours
[ Lire le magazine ]
 
 

A la UNE Magazines Dossiers Partenaires Liens  
 

 
Entreprendre CCI du Lot n°142
RÉsidences de tourisme : Un concept d’hÉbergement touristique trÈs tendance

100 000 lits dans les années 80, plus de 500 000 aujourd'hui : les résidences de tourisme ont manifestement trouvé leur public. Et les perspectives de croissance de ce marché restent optimistes pour 2008 et 2009, années durant lesquelles lesouvertures de lits devraient se poursuivre au rythme soutenu de 25 000 par an. A l'instar de notre département, c'est désormais dans les zones à connotation rurale que ce concept d'hébergement touristique devrait enregistrer le plus fortdéveloppement. Panorama.

Les premières résidences de tourisme ont vu le jour en France au début des années 80. Près de trente ans plus tard, aucun pays d'Europe n'a connu un développement de ce concept d'hébergement qui soit équivalent au nôtre. Un nouvel exemple de « l'exception française » ?

Le fait est que selon Gérard Brémond, PDG du groupe Pierre & Vacances *, « il existe véritablement un modèle français de la résidence de tourisme, tant en termes de produit que d'organisation du marché. Pourquoi ? Tout simplement, parce que la pierre est considérée par les Français comme une valeur refuge, et que nombre d'entre eux investissent dans l'immobilier locatif. »

En l'occurrence, l'intérêt de ce modèle fondé sur une alliance vertueuse entre tourisme et immobilier, a été conforté dès 1996 par les exonérations fiscales accordées au titre de la loi Périssol, puis à partir de 1999 par la loi Demessine en faveur des établissements situés en zone de revitalisation rurale (voir encadré). Dans les faits, ces mesures ont contribué au développement d'un vaste réseau d'acquéreurs privés aux motivations diverses : certains investissant dans une résidence de tourisme pour profiter eux-mêmes de leur bien, tout en bénéficiant des avantages fiscaux associés à l'opération, d'autres souhaitant faire un placement avec une rentabilité garantie par un loyer.
Qu'est-ce qu'une résidence de tourisme ? 
Le statut de la résidence de tourisme a été instauré en 1983. Un arrêté du ministère du Tourisme (de juillet 1983, modifié le 14 février 1986) fournit une définition précise de ce concept d'hébergement : « La résidence de tou risme est un établissement commercial d'hébergement classé, faisant l'objet d'une exploitation permanente ou saisonnière. Elle est constituée d'un ensemble homogène de chambres ou d'appartements meublés, disposés en unités collectives ou pavillonnaires, offerts en location pour une occupation à la journée, à la semaine ou au mois à une clientèle touristique qui n'y élit pas domicile. Elle est dotée d'un minimum d'équipements et de services communs. Elle est gérée dans tous les cas par une seule personne physique ou morale. » Il faut également ajouter que pour être classée, une résidence de tourisme doit compter un minimum de 100 lits. De son côté, le Syndicat National des Résidences de Tourisme et de l'Hébergement Saisonnier (SNRT), fondé en 1982 par des pionniers de ce métier, fédère 91 adhérents exploitants de résidences de tourisme classées et assimilables (100 lits minimum).
Plus de 1 400 établissements en France

Selon les statistiques du Ministère délégué au Tourisme, les résidences de tourisme concentrent aujourd'hui 8,6 ‰ de l'hébergement touristique marchand et 17,3 ‰ de l'hébergement touristique « en dur ». Elles représentent un parc de plus de 1 400 établissements dans l'Hexagone, pour une capacité d'accueil supérieure à 500 000 lits. Un parc très jeune en l'occurrence, puisque les trois quart de ces résidences ont moins de vingt ans, tandis qu'un tiers en a moins de huit. Créées à l'origine dans les prestigieuses stations de sports d'hiver des Alpes,

les résidences de tourisme ont essaimé sur la côte méditer ranéenne puis sur le littoral Atlantique, avant d'éclore dans les grandes métropoles et à la campagne plus récem ment. Ainsi, le SNRT (Syndicat National des Résidences de Tourisme et de l'Hébergement Saisonnier), recense 22 de ces établissements en Midi-Pyrénées, pour une capacité de 4 917 lits (dont la moitié environ sont classés en catégorie 3 étoiles). A l'échelle de notre département enfin, 7 établisse ments se sont déclarés comme résidence de tourisme lors de l'enquête conduite par la Chambre de Commerce et d'Industrie pour le Manuel des ventes 2008

De grands groupes et des exploitants indépendants
Selon le SNRT, les trois quarts des lits créés en résidence de tourisme sont exploités par des chaînes nationales ou régionales, sous une quinzaine d'enseignes différentes (Pierre et Vacances, Maeva, Center Parcs, Citadines, Lagrange, Odalys Vacances, Eurogroup, Transmontagne, Mer et Golf, Maisons de Biarritz…), tandis que quelque 300 exploitants indépen dants, dotés d'établissements de plus petite taille, se partagent le quartres tant. Dans le Lot, les indépendants ont été les premiers à opérer sur ce marché, désormais grignoté par de grands leaders nationaux.
Une formule prisée par les familles
En France, 12 millions de vacanciers sont, selon le SNRT, accueillis chaque année dans les résidences de tourisme, dont une forte proportion de familles évaluée à 50 ‰ en moyenne et jusqu'à 90 ‰ en période de vacances scolaires. Autres typologies de clientèle : les groupes d'amis (20 ‰), les associations et les entreprises (20 ‰), ainsi que les séniors essentiellement en basse saison (10 ‰). Enfin, en termes d'origine géographique, la proportion de clients étrangers, principalement venus d'Angleterre, d'Allemagne, des Pays Bas et de Belgique est significative, puisqu'elle oscille entre 32 et 35 ‰. Des chiffres globalement confirmés à l'échelle du département par les responsables des résidences de tourisme que nous avons rencontré. Parmi ces entreprises, à découvrir au fil des pages suivantes de ce dossier, figure la Résidence du Domaine de Salgues (Maisons de Biarritz), premier établissement 4 étoiles du Lot, qui ouvrira ses portes fin mai à Alvignac. Le groupe Lagrange nourrit également de solides ambitions dans le département, où il exploite depuis l'an dernier le Domaine des Cazelles et où il projette d'ouvrir une deuxième résidence dotée d'un espace de balnéothérapie.
Exploiter une résidence de tourisme : la démarche à suivre
• Transmettre une demande de classement au moyen du formulaire Cerfa à la préfecture du département du lieu d'implantation de l'établissement. La résidence de tourisme doit répondre aux normes de l'une des catégories (1 à 4 étoiles).

• Admettre la visite d'un agent de l'administration habilité par le Préfet pour la vérification de la conformité de l'établissement aux conditions requises pour le classement et autres réglementations (sécurité incendie notamment).

• Obtenir l'arrêté de classement du Préfet après avis de la Commission départementale de l'action touristique, à laquelle siègent des représentants de professionnels et des administrations concernées.

Evolution du parc de résidences de tourisme
  • 1975 à 1984 :
    • Création de lits :
      Création 10 000 / an de lits en moyenne
    • Taille totale du parc de
      résidences de tourisme :
      105 000 lits
  • 1985 à 1990 :
    • Création de lits :
      Création 27 000/ an de lits en moyenne
    • Taille totale du parc de
      résidences de tourisme :
      240 000 lits
  • 1991 à 1995 :
    • Création de lits :
      Création 12 000 à 4 000/ an
    • Taille totale du parc de
      résidences de tourisme :
      277 000 lit
  • 1996 à 2004 :
    • Création de lits :
      Création 6 000 à 20 000/ an de lits en moyenne
    • Taille totale du parc de
      résidences de tourisme :
      446 000 lits
  • 2005 à 2007 :
    • Création de lits :
      Création 25 000 / an de lits en moyenne
    • Taille totale du parc de
      résidences de tourisme :
      506 000 lits
Répartition géographique du parc de résidences
  • Mer :
    • Nbre de résidences : 620
    • Nbre de logements : 47 830
    • Nbre de lits : 208 840
    • En ‰ : 41
  • Montagne :
    • Nbre de résidences : 490
    • Nbre de logements : 41 456
    • Nbre de lits : 198 278
    • En ‰ : 39
  • Ville :
    • Nbre de résidences : 246
    • Nbre de logements : 20 976
    • Nbre de lits : 58 360
    • En ‰ : 12
  • Campagne :

    • Nbre de résidences : 114
    • Nbre de logements : 9 338
    • Nbre de lits : 41 296
    • En ‰ : 8
  • Total :
    • Nbre de résidences : 1 470
    • Nbre de logements : 119 600
    • Nbre de lits : 506 774
    • En ‰ : 100
Les étapes clé de la défiscalisation
Les résidences de tourisme ont bénéficié de plusieurs mesures fiscales au cours des décennies 90 et 2000. En particulier, depuis 1996, la loi Périssol permet aux acquéreurs privés investissant dans ces hébergements de bénéficier du remboursement de la TVA sur le montant de leur achat, dans la mesure où ils s'engagent à louer leur bien pendant un certain nombre d'années. En 1999, la loi Demessine instaure un régime fiscal destiné à favoriser le développement des résidences de tourisme en zone de revitalisation rurale (ZRR). Il permet à l'investisseur de bénéficier d'un crédit d'impôt fixé à 25 ‰ du montant hors taxe du logement. Enfin, depuis 2005, une incitation fiscale à la rénovation accorde un crédit d'impôt de 20 ‰ du montant des travaux réalisés par l'investisseur dans un immeuble rénové et classé en résidence de tourisme.
Pour plus d'information sur le sujet :
Cahier Espaces n°93 Groupe de travail ODIT France
Editions Espaces Tourisme & Loisirs
Avril 2007 – 126 pages
60,00 euros (format papier ou PDF)
Groupe de travail ODIT France
Collection Ingénierie touristique - mini-guide
A paraître en août 2008 - 68 pages
20,00 euros (format papier), 18,00 euros (format PDF)
Souillac Golf & Country club(Lachapelle-Auzac)
Pour les amateurs de golf et d’un certain art de vivre
Particulièrement apprécié des golfeurs pour la qualité de ses greens, le Souillac Golf & Country Club accueille également une clientèle familiale en saison estivale. Afin de développer sa fréquentation tout au long de l'année, la résidence qui travaille en partenariat avec Daniel Chambon, le chef du restaurant étoilé Le Pont de l'Ouysse, propose notamment à ses clients des animations autour de la gastronomie.

Le Souillac Golf & Country Club a été créé il y a une dizaine d'années par un groupe d'hommes d'affaires amoureux du Sud Ouest et passionnés de golf. Aujourd'hui, cette résidence de tourisme accueille dans ses 80 chalets une clientèle majoritairement composée de familles durant l'été et de golfeurs le reste de l'année. « La qualité des greens de notre golf 18 trous est renommée bien au-delà de la région. Par ailleurs, notre association – Les golfeurs du Mas del Teil - et notre école de golf dont le tarif est très accessible (20 euros par mois, prêt d'équipement inclus), nous permettent de toucher une clien tèle locale qui pratique tout au long de l'année. L'été,
nous recevons essentielle ment des familles, dont 75 ‰ sont d'origine étrangère », explique Christina von Koettlitz, responsable marketing du Souillac Golf & Country Club. Regroupés en sept hameaux, les jolis chalets en ossature bois de la résidence se fondent harmonieusement dans le paysage verdoyant du site et offrent un très grand niveau de confort. De la même manière, le Souillac Golf & Country Club met en avant la qualité de ses équipements (2 courts de tennis, 9 piscines, bar & restaurant, salles de réunion...)et de ses animations thématiques qui, au-delà des estivants, séduisent toute l'année une clientèle de proximitéA cet égard, la résidence a développé un partenariat avec Daniel Chambon, le chef du restaurant Le Pont de L'Ouysse.
« Nous proposons notamment des stages de gastronomie et d'œnologie, permet tant aux participants de visiter la cui sine d'un chef étoilé, d'assister à la pré paration des plats et bien sûr de déguster un repas. Par ailleurs, Daniel Chambon a accepté de parrainer le res taurant du Souillac Golf & Country Club et de travailler en collaboration avec nos chefs, Nicolas et Pierre, aux quels il apporte ses conseils et son exper tise, notamment pour l'élaboration de notre carte », indique Christina von Koettlitz. A terme, le Souillac Golf & Country Club compte également proposer à ses clients un nouvel espace de bien être, doté d'un spa.
Le Souillac Golf et Country Club en bref
  • Non classé comme résidence de tourisme, assimilé à un établissement 4 étoiles
  • Parc immobilier : 80 chalets de 2 à 5 chambres
  • Capacité d'accueil : 480 lits
  • Clientèle : familles en juillet et en août, dont 75 ‰d'étrangers (Anglais, Irlandais et Hollandais) ;golfeurs le reste de l'année, dont 50 ‰ d'étrangers
  • Equipements de loisirs : golf 18 trous, 2 courtsde tennis, 9 piscines, bar & restaurant, salles de réunion
  • Effectif : 20 personnes en moyenne
  • Site Internet : www.souillaccountryclub.com
Domaine de GayfiÉ (Saint-Jean-de-Laur)
Un tourisme à l’écart des sentiers battusUn tourisme à l’écart des sentiers battus
Disséminées au cœur d'un bois de chênes d'une dizaine d'hectares, les 23 maisons du Domaine de Gayfié accueillent en haute saison une clientèle essentiellement familiale.
Planté sur un piton rocheux, à l'emplacement d'un ancien oppidum gaulois entre Cajarc et Saint-Jean de Laur, le Domaine de Gayfié surplombe les causses et la vallée verdoyante du Lot. Originaire de Bavière, Liselotte Schwarzer est tombée sous le charme du lieu en 2000 et a proposé de racheter la maison principale et la grange du Domaine de Gayfié. A l'époque, le Domaine était quasiment laissé à l'abandon. Plusieurs projets, dont celui de créer un grand complexe sportif et d'implanter sur le site quelques 300 chalets, n'avaient finalement pu aboutir.

Le projet de Liselotte Schwarzer, gérante depuis 2005 de la SARL Domaine de Gayfié, était tout autre : faire de ce site une résidence de tourisme à l'écart des sentiers battus. « Nous avons souhaité privilégier ce patrimoine paysager exceptionnel et limiter le nombre de constructions. Disséminées dans un bois de chênes d'une dizaine d'hec tares, les maisons disposent chacune de 1 000 à 2000 m2 de terrain priva tif ouvert sur la nature. Construites dans le style traditionnel quercynois, elles sont agrémentées de terrasses et équipées avec soin », explique-t-elle.

En l'occurrence, le projet porté par la SARL prévoit la construction de 35 mai sons au total. A ce jour, 23 d'entre-elles ont été vendues en défiscalisation à des propriétaires privés majoritairement étrangers, tandis que 12 terrains restent disponibles pour la construction dans le lotissement. « Les mesures fiscales liées aux investissements réalisés en zone de revitalisation rurale sont particulièrement attrayantes pour les ressortissants étrangers, d'autant que le coût de la construction est beaucoup plus élevé dans de nombreux pays d'Europe qu’en France. Ces propriétaires passent

volontiers une à deux semaines par an dans leur maison de vacances, le plus souvent en demi saison, contrairement aux acquéreurs français qui préfèrent louer leur bien toute l'année pour la rentabilité de leur bail commercial », analyse Liselotte Schwarzer. Pour répondre à ces différentes préoccupations, la SARL propose des contrats de collaboration adaptés aux modes d'utilisation du bien. En termes de fréquentation, la clientèle du Domaine de Gayfié, dont les maisons offrent des capacités d'accueil de 4 à 12 personnes, est en majorité fami liale. Ici, la convivialité de l'accueil est une priorité : apéritif de bienvenue, repas festif du dimanche, services quotidiens de livraison de pains et de vien noiseries sont notamment proposés aux vacanciers d'été. Le Domaine a cherché à développer sa fréquentation hors saison en ouvrant les maisons à des groupes, au printemps et à l'automne. « Chaque année, nous accueillons environ 200 pèlerins qui se rendent à Saint Jacques de Compostelle, mais aussi des groupes de randonneurs, de spéléologues et plongeurs, des rési dents de CAT et de maisons d'enfants, ou encore l'équipe du Festival de la BD de Cajarc qui se déroule fin septembre », précise la responsable.

En 2008, Liselotte Schwarzer souhaite étendre son rayon d'action au tou risme d'affaires et héberger des séminaires d'entreprises, mais également accueillir des mariages et autres grandes fêtes amicales. A cette fin, la grange du Domaine, offrant une superbe salle de 180 m2, a été récemment rénovée. De nouveaux travaux envisagés au rez-de-chaussée du bâtiment permettront, à terme, de doubler sa capacité d'accueil.

RÉsidence Claire Rive (Prayssac)
La dynamique du succès
Gérée par Odalys Vacances depuis 2005, la résidence Claire Rive de Prayssac a inauguré l'an dernier un programme d'animations à l'intention des vacanciers. Fort du succès rencontré, de nouvelles activités seront proposées aux enfants, aux adolescents et aux adultes dès la saison 2008
La résidence de tourisme de Prayssac est gérée par le groupe Odalys Vacances, numéro 2 du marché des résidences de tourisme en France derrière Pierre & Vacances, avec plus de 250 sites en France et autour du bassin méditerranéen. Dans le détail, les implantations de bord de mer représentent plus de 40 ‰ du chiffre d'affaires d'Odalys, celles situées à la montagne près de 35 ‰ et les sites à l'étranger environ 13 ‰, alors que les résidences de tourisme situées à l'intérieur des terres, certes moins nombreuses, pèsent moins de 12 ‰. « Moins courues par les vacanciers que les destinations en bord de mer, les résidences implantées à la campagne sont plus difficiles à rentabiliser, d'autant que le nombre de semaines d'ouverture est moins important que sur le littoral ou dans les stations de sport d'hiver », analyse Raphaël Sallerin, Directeur des relations publiques d'Odalys Vacances. En l'occurrence, le taux d'occupation des 106 appartements de la résidence Claire Rive de Prayssac est inférieur à la moyenne des résidences du groupe. Installée à 200 mètres de la rivière, cette résidence bénéficie pourtant d'un bel environnement, au cœur de la Vallée du Lot et à 1,5 km du joli bourg de Prayssac bien pourvu en commerces. Proposant une offre diversifiée qui va du studio pour 2 personnes au T3 avec mezzanine pour 8 personnes, le site de Claire Rive bénéficie d'une capacité d'accueil de près de 500 couchages. Classée 3*, la résidence Claire Rive accueille une clientèle principalement familiale et française à hauteur de 85 ‰. Pour mieux séduire ces vacanciers, la résidence a inauguré l'an dernier un programme complet d'animations et recruté trois animateurs. Concrètement, deux clubs enfants, respectivement destinés à l'accueil des 4 - 6 ans et des 7 - 11 ans, proposent un éventail de jeux de plein air, jeux de sociétés et autres ateliers créatifs de dessin ou de travaux manuels. Les adolescents peu vent, de leur côté, se retrouver dans le club qui leur est réservé pour participer à des tournois sportifs, écouter de la musique ou danser. Quant aux adultes, ils bénéficient sur le site de l'assistance d'un conseiller de séjour qui, outre sa mission d'organisation de manifestations conviviales (concours de pétanque et de volley-ball notam ment), peut leur fournir toutes les indications pratiques sur les sites patrimoniaux et les festivals à ne pas manquer dans le département. Fort du succès de cette première initia tive, la résidence Claire Rive proposera cette saison de nouvelles animations. En particulier, suite à un partenariat tissé avec la Ferme de Tille, domaine agricole et viticole situé à proximité, les vacanciers pourront parcourir un sentier pédagogique d'1,5 km au bord du Lot, présentant les productions et consommations locales d'autrefois, la rivière, la flore et la faune sauvage... Quant aux enfants, ils auront le loisir de participer à une visite découverte des animaux de la ferme.
La résidence Claire Rive en bref
  • Résidence de tourisme 3 étoiles
  • Parc immobilier : 106 appartements(studios, T2, T3 ou T3 mezzanine)
  • Capacité d'accueil : 500 lits
  • Clientèle : familles, notamment en partenariat avec des comitésd'entreprise ; 85 ‰ de clients françaiset 15 ‰ de clients étrangers
  • Equipements de loisirs : piscine et aire de jeux
  • Effectif : 3 personnes
  • Site Internet : www.odalys-vacances.com
Les OustalousDomaine du SurgiÉ (Figeac)
L’ambiance conviviale d’un village de vacances

Exploité depuis novembre dernier par la SAS Figeac Plein Air Vacances, la résidence Les Oustalous, au cœur du Domaine du Surgié, proposera dès cet été un programme complet d'animations aux vacanciers. A l'automne, d'importants travaux seront engagés sur le site.

A deux kilomètres de Figeac, sur les coteaux du Célé, la trentaine de maisons de caractère de la résidence de tourisme Les Oustalous surplombe le Domaine du Surgié, son plan d'eau et son parc aquatique. Ce site commu nal, qui intègre également le camping 3 étoiles Les Rives du Célé, est exploité depuis le 1er novembre 2007 par la SAS Figeac Plein Air Vacances, fondée par l'association ariégeoise Marc & Montmija. « La résidence Les Oustalous accueille essentiellement des familles en saison. Dès cet été, nous leur pro poserons un programme complet d'animations », explique Didier Ballot, Président de Figeac Plein Air Vacances. Concrètement, un club enfants, dédié aux 6-17 ans, sera ouvert du lundi au vendredi en juillet et en août. Les vacanciers pourront également partici per à des visites des sites touristiques du département, à des animations sportives, et profiter de spectacles et autres soirées dansantes organisés sur place. Par ailleurs, les clients de la résidence bénéficieront gratuitement des attractions du parc aquatique (piscine à vague, toboggans…).

 

De la même manière, ils auront accès à un service de restauration. Installé près du plan d'eau, un restaurant d'une cinquan taine de tables leur proposera une formule snack composée de salades, grillades et desserts variés. « Nous souhaitons développer le concept de village de vacances, mais également l'accueil de groupes (retraités, associations…) et de séminaires d'entreprises en hors saison, sachant que le Domaine ouvre ses portes de mars à novembre», ajoute Didier Ballot. A cette fin, des travaux d'envergure (dont le montant total devrait avoisiner 1,5 ME) démarreront à l'automne. Objectif : réorganiser l'ensemble du site autour d'une structure centrale abritant l'accueil, le service administration, une grande salle de spectacle, des salles de conférence, ainsi qu'une épicerie – dépôt de pain et une boutique de produits régionaux. De son côté, le restaurant sera agrandi pour atteindre une capacité de 120 couverts et sera doté d'une terrasse ouverte sur la piscine. « Ces travaux débuteront au mois de septembre. Dès la saison suivante, nous comptons en effet proposer des formules de pension et demi pension, ainsi que des plats à emporter », complète le responsable. Enfin, le Domaine du Surgié finalise actuellement la refonte de son site Internet qui sera bientôt disponible en trois langues : français, anglais et néer landais. « Cela devrait nous permettre de mieux séduire la clientèle étrangère qui pour l'instant demeure très minoritaire chez nous », conclut Didier Ballot
Domaine des Cazelles (Cajarc)
De nouveaux projets pour 2009
Première résidence de tourisme lotoise exploitée par le groupe Lagrange sous la marque Lagrange Family, le Domaine des Cazelles a ouvert ses portes en juin 2007. Une deuxième tranche de travaux sera lancée dès l'automne prochain sur le site en vue de l'implantation d'une seconde résidence de grand confort, qui disposera notamment d'une piscine couverte et d'un espace balnéo

Tour opérateur européen, le groupe Lagrange s'impose depuis les années 2000 comme un acteur majeur du marché des résidences de tourisme. En juin dernier, il a ouvert sa première résidence dans le Lot, le Domaine des Cazelles à Cajarc. « Nous commercialisions déjà cette région en tant que tour opérateur, la destination Lot est un produit de qualité qui marche bien. Nous avons donc décidé de développer localement notre activité d'exploitation de résidences de tourisme. En l'occurrence, un partenaire promoteur nous a proposé le site de Cajarc qui abritait à l'époque un Village Vacances Famille », raconte Eric Lapierre, Président du pôle Immobilier du groupe Lagrange. Aujourd'hui, le Domaine des Cazelles offre aux vacanciers une toute autre physionomie : bâtiments flambant neufs, piscine, pelouses, arbustes et massifs… « En fait, il ne subsiste de l'ancienne structure d'hébergement qu'un seul bâtiment qui fera l'objet de travaux importants dans le cadre de la dernière tranche de la réhabilitation du Domaine », précise Eric Lapierre. Dans cette résidence, 102 maison nettes, du T2 au T4, sont proposées à la location pour des séjours à la semaine ou à la quinzaine durant l'été et pour des week-ends hors saison. Côté équipements et services, les vacanciers bénéficient notamment de cours de tennis, d'une piscine extérieure chauffée, d'un garage à vélos, d'un salon avec terrasse mais également d'un baby club ouvert en juillet et en août aux enfants de 4 à 10 ans. « Pour notre première saison, nous avons accueilli essentiellement des familles, dont environ 35 ‰ étaient d'origine étrangère et quelques groupes de retraités et de randonneurs notamment. Nous avons enregistré un taux d'occupation de 50 ‰ en juillet, de 90 ‰ en août et de 12 ‰ en septembre et octobre », recense Sabine Collavini, responsable régionale du groupe Lagrange. Fort de ce premier bilan, le groupe a décidé d'ouvrir dès la fin de la saison une dernière tranche de travaux sur le Domaine des Cazelles, dont un important bâtiment va être réhabilité. « Nous allons y implanter une résidence de standing composée d'appartements spacieux, à la décoration raffinée et dotés de terrasses. Elle intégrera également un espace de balnéothérapie avec piscine intérieure, sauna, jacuzzi et hammam. Ainsi, toutes nos futures résidences de tourisme disposeront de nombreux équipements de qualité et seront pour la plupart développées sous la marque Lagrange Prestige », conclut Eric Lapierre.
Domaine Grand Bleu Les SÉgaliÈres (Gramat)
Un nouvel esprit de famille
A l'heure des bilans, le groupe Grand Bleu peut être satisfait de sa première saison lotoise. Ouvert pour la première fois l'été dernier, le site des Ségalières revendique un taux d'occupation très satisfaisant, notamment grâce aux partenariats que le groupe, qui compte déjà une quinzaine de résidences dans le sud de la France, a tissé avec les tour-opérateurs, les comités d'entreprises et les associations.
La résidence de tourisme des Ségalières (groupe Grand Bleu) s'apprête à entamer sa deuxième saison avec une relative sérénité : les nombreux partenariats tissés par le groupe avec les tour-opérateurs, les comités d'entreprises ou les associations, lui permettent de tabler sur un taux d'occupation satisfaisant jusqu'au mois d'octobre. Le groupe Grand Bleu dispose en effet déjà d'une quinzaine de résidences en France et compte en ouvrir trois ou quatre nouvelles par an au cours des prochaines années. Comme c'est le cas pour la quasi-totalité des sites, l'entreprise inter vient en tant que gestionnaire, mandaté par les promoteurs.

Ce nouvel espace touristique joue pleinement la carte des vacances vertes : implanté au cœur d'une chênaie de 7 hectares, à quelques enca blures de Gramat et de Rocamadour, il propose 40 chalets et 21 maison nettes, tous les logements ayant une surface d'environ 35 m2. Chaque chalet peut accueillir jusqu'à 6 personnes, tandis que les maisonnettes sont conçues pour héberger 4 personnes. Au total, la résidence peut recevoir plus de 220 personnes.

Le site des Ségalières est une rési dence de tourisme classée 2 étoiles et cible une clientèle principalement familiale, qui s'avère être française à hauteur de 70 ‰. Située en vis-à-vis du Parc animalier de Gramat, la résidence propose en premier lieu des animations dédiées à cette clientèle : une piscine, un sauna, un centre de cardio-training, un terrain de pétanque, un espace beach volley ou des tables de ping-pong. Dans le même esprit, le domaine des Ségalières organise des mini clubs à destination des enfants de 6 à 12 ans et des animations thématiques pour les adultes

Cette vocation familiale est également mise en évidence par la durée moyenne des séjours : « elle est chez nous de 10 jours, ce qui signifie que l'on enregistre autant de réserva tions pour une semaine que pour deux semaines », explique Sandra Panis, attachée commerciale du groupe Grand Bleu.

Cela étant, le site souhaite accueillir un nombre croissant de séminaires d'entreprises, notamment durant les moyennes saisons, d'avril à juin et de fin août à fin octobre. En la matière, il compte déjà des références telles que Airbus ou le Crédit du Nord.

Le domaine Grand Bleu Les Ségalières en bref
  • Résidence de tourisme 2 étoiles
  • Parc immobilier : 40 chalets et 21 maisonnettes
  • Capacité d'accueil : 220 lits
  • Clientèle : familles, couples d'amisou groupes (associations ou entreprises) ; 70‰ le clients françaiset 30‰ de clients étrangers
  • Equipements de loisirs : piscine,terrain de pétanque, centre de cardio-training, beach-volley,sauna et ping-pong
  • Effectif : 6 personnes en moyennesur l'année
  • Site Internet : www.grandbleu.
Domaine de Salgues (Alvignac)
Un resort* 4 étoiles proche du jackpot
La résidence du Domaine de Salgues ouvrira ses portes le 31 mai 2008 avec de sérieux atouts : il s'agira de la seule résidence de tourisme 4 étoiles du département et ses 133 logements pourront accueillir près de 400 personnes.
Comment un promoteur immobilier peut-il devenir un professionnel du tourisme ? L'expérience des Maisons de Biarritz vient rappeler que cette évolution relève autant du hasard que de la capacité à saisir les opportunités.

Depuis sa création en 1989, ce groupe de promotion immobilière avait déjà construit et commercialisé plus de 5 000 lits en résidence de tourisme 4 étoiles sur des sites touristiques majeurs des côtes de la Méditerranée ou de l'Atlantique et dans les Alpes. En 2004, alors qu'il mène avec succès des projets depuis 15 ans, le promoteur est amené à sauter le pas. « A l'origine, nous nous limitions à notre rôle de promoteur immobilier. Nous construisions des villas ou des cottages d'appartements qui étaient revendus en défiscalisation à des particuliers,

et nous déléguions la gestion locative de ces résidences à des groupes dont c'était le métier, explique Charles Dornoy, directeur commercial de Maisons de Biarritz. En 2004, lorsque nous avons créé le Domaine de Fayence dans le Var, nous avons décidé d'assurer nous-mêmes la délégation d'exploitation et de faire de même pour tous les nouveaux sites créés.» En l'occurrence, le groupe a plus que réussi son examen de passage : il gère aujourd'hui un parc de plus de dix résidences, à Sainte Maxime, Roquebrune / Argens, Moliets, Capbreton, L'Isle/la Sorgue, Fayence, Parentis-en-Born, Saint-Trinit, Le Cap d'Agde, Roissy et, enfin, Alvignac, où le Domaine de Salgues ouvrira ses portes le 31 mai. La marque Les Maisons de Biarritz se posi tionne en effet sur le haut de gamme et a considéré qu'Alvignac disposera de tous les atouts nécessaires pour attirer la clientèle qu'il vise : un casino, une source thermale, la proximité de l'auto route A20, un site préservé et, d'ici peu, l'aéroport de Brive et un golf.
Un marketing offensif
Cet environnement vient conforter les arguments propres au Domaine de Salgues, qui sera dotée d'un spa et d'un restaurant ouverts toute l'année, de salles de réunion et d'une piscine ludique chauffée, comprenant notamment une plage, des toboggans et un bar-restaurant. Quant au parc immobilier, il comprend 133 logements (109 maisons et 24 appartements), représentant une capacité d'accueil de 388 lits. Le site bénéficiera par ailleurs de plusieurs opérations marketing qui feront assurément parler d'elles, et de lui. La première concerne le partenariat passé entre le groupe et le rugbyman emblématique Sébastien Chabal, qui parrainera notamment les clubs enfants des résidences Maisons de Biarritz. Autre trouvaille, le Domaine de Salgues proposera dans son spa des soins à la… truffe. Concrètement, il s'agira de soins à la truffe blanche : le groupe fera appel à la marque italienne ISHI, qui a développé des produits cosmétiques à base de truffe, mais aussi de vin ou de chocolat. Pour autant, le groupe garde des objec tifs raisonnables pour son nouveau site : le taux d'occupation prévu pour 2009 est de 35 ‰ et la clientèle entreprises devrait de son côté représenter un tiers du total. « L'unité de lieu que nous avons réussi à garantir est un atout déterminant pour convaincre les entreprises de choisir ce site pour leurs séminaires », estime Michel Decroix, directeur des ouvertures de sites du groupe Maisons de Biarritz. Le Domaine de Salgues affiche également de grandes ambitions en ce qui concerne la clientèle étrangère, qui devrait selon les prévisions représenter 45 ‰ du chiffre d'affaires. Enfin, il faut préciser que ce positionnement haut de gamme implique de faire appel à un personnel local nombreux : « le site emploiera environ 25 personnes en moyenne sur l'année, mais l'effectif dépassera sans aucun doute 50 personnes en haute saison », conclut Michel Decroix.
Domaine de Salgues en bref
  • Résidence de tourisme 4 étoiles
  • Parc immobilier : 109 maisons et 24 appartements
  • Capacité d'accueil : 388 lits
  • Clientèle : familles, retraités et séminaires d'entreprise ; 55‰ de clients français et 45‰ de clients étrangers
  • Equipements de loisirs : piscine extérieurechauffée, spa avec bassin d'hydrothérapie,cabines de massage, sauna et hammam, centre de cardio-training, salles de conférenceet de réunion avec Wi-Fi en libre accès, restaurant, bar
  • Effectif : 25 personnes en moyenne sur l'année
  • Site Internet : www.bymdb.com
Les Établissements privÉs renforcentleurs filiÈres
Quatre établissements privés proposent des formations professionnelles dans le Lot dans les domaines de la vente, des services à la personne et des métiersartistiques. Présentation de ces enseignements, qui aboutissent à des diplômesde CAP, de BEP, de bac ou de bac + 2.
Les centres de formation professionnelle privés
  • Institut des Forces de Ventes de la CCI du Lot (Cahors)
  • Lycée Saint-Etienne (Cahors)
  • Lycée Clair Foyer (Prayssac)
  • Lycée Jeanne d'Arc (Figeac)
Dans notre département, quatre établissements dispensent des formations professionnelles dédiées aux métiers du commerce et des services, les autres structures proposant des enseigne ments plus directement liés à l'agriculture et à l'artisanat. Il s'agit du Lycée Saint-Etienne de Cahors (auparavant dénommé « Notre Dame ») pour la vente et les métiers artistiques, des lycées Clair Foyer à Prayssac et Jeanne d'Arc à Figeac pour la filière sanitaire et sociale et de l'Institut des Forces de Ventes, géré par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot. En complément des cursus des établissements publics, ils offrent ainsi une large palette de formations professionnelles, depuis les CAP jusqu'au niveau bac + 2. Au-delà, chacun de ces établissements mène des projets à court terme visant à renforcer sa spécialisation. Panorama.

Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot
Les nouvelles ambitions de l’Institut des Forces de Ventes
Créé en 1988, l'Institut des Forces de Ventes du Lot a formé plus de 500 vendeurs et commerciaux. La CCI mène aujourd'hui deux nouveaux projets d'envergure : la création d'un BTS de Management des Unités Commerciales (MUC) et, par la suite, la mise en place d'une formation commerciale de niveau bac + 3.
l'Institut des Forces de Vente (IFV) du Lot fêtera ses vingt ans en septembre. Depuis sa création, plus de 500 vendeurs et commerciaux y ont été formés. Créé par les CCI, le réseau des IFV compte aujourd'hui 74 établissements, qui partagent une caractéristique essen tielle : en moyenne, 9 apprentis sur 10 trouvent un emploi dans les 6 mois qui suivent la fin de leur cursus.

La première formation dispensée par l'IFV du Lot a été celle de Technicien des Forces de Vente, destinée aux jeunes de moins de 26 ans de niveau bac. Le succès de la formule est tout d'abord lié à son caractère opérationnel. Cette formation en alternance fait en effet la part belle à l'apprentissage : durant deux ans, les élèves passent trois semaines en entreprise pour une semaine au centre de formation.

« L'Institut des Forces de Vente répond à un besoin réel des entreprises, ce qui explique que nous n'ayons jamais rencontré de difficultés pour mettre en place des contrats d'apprentissage. Et il est fréquent que les apprentis soient directement embauchés par les entreprises qui les accueillent », explique Andrea Poterie, Cadre du service Formation. Le fait est que l'IFV du Lot s'est donné les moyens d'assurer une formation de qualité en limitant à une quinzaine le nombre d'élèves de chaque promotion. Par ailleurs, son équipe pédagogiqu compte une vingtaine d'enseignants, dont plusieurs chefs d'entreprise.

« L'apport de ces professionnels et notre connaissance des entreprises, en tant que CCI, sont des atouts déterminants pour l'efficacité de ce cursus », souligne Andrea Poterie. Cette dynamique a conduit la CCI du Lot à aller plus loin et à créer, en 2006, la filière de Technicien Supérieur des Forces de Vente, qui permet d'obtenir un diplôme professionnel de niveau bac + 2. « Cette formation nous permet d'approfondir notre partenariat avec les entreprises et de répondre à d'autres besoins, qui concernent plus des commerciaux, sédentaires ou itinérants, que des vendeurs », précise Andrea Poterie. Créé en partenariat avec la CCI de Brive, ce cursus accueille cette année sa deuxième promotion, qui compte une dizaine d'élèves en alternance. Dans ce cas, ils passent deux semaines en entreprise pour deux semaines en formation durant un an. Le réseau national des IFV travaille aujourd'hui à la mise en place d'un troisième niveau de formation, le Bachelor Professionnel des Métiers du Commerce et de la Gestion, de niveau bac + 3, débouchant sur des postes de responsables d'équipes commerciales. Enfin, la CCI du Lot mène un autre projet d'envergure. Il s'agit de créer dans le département un BTS de Management des Unités Commerciales (MUC) en apprentissage et en alternance. Le centre de formation de la Chambre consulaire délivrerait alors un diplôme de l'Education Nationale. L'ouverture de ce BTS pourrait intervenir dès la rentrée 2008.
LycÉe Saint-Etienne À Cahors
Deux filières aux métiers d’art

Le lycée professionnel Saint-Etienne s'est spécialisé dans les métiers d'arts, avec deux filières, photographie et communication graphique, qui réunissent plus de 75 ‰ de ses effectifs. L'établissement a également en projet d'ouvrir un bac professionnel de communication graphique en apprentissage, option qui n'existait pas jusqu'à présent dans l'académie de Toulouse.

Le lycée professionnel Saint-Etienne propose aujourd'hui trois filières - vente, photographie et communication graphique – qui réunissent 225 élèves. « Les filières “photographie” et “communication graphique” réunissent logiquement le plus grand nombre d'élèves dans la mesure où nous sommes les seuls dans l'académie à les proposer, avec le lycée public Jolimont de Toulouse », explique Lionel Julié, chef d'établissement pour le second degré. Créée en 2003, la filière « communication graphique » est celle qui connaît la plus forte progression et qui offre le taux d'insertion professionnelle le plus élevé. Elle comprend aujourd'hui un CAP de dessinateur d'exécution en communication graphique (DECG) et un bac professionnel de communication graphique. « Notre spécialisation dans ces métiers d'art implique que nous ayons un rayonnement à l'échelle de la région Midi-Pyrénées, poursuit Lionel Julié. Afin de répondre à une demande croissante, nous souhaitons d'ailleurs proposer un bac professionnel en apprentissage pour la filière “communication gra phique”. Si le projet aboutit, il devrait ouvrir à la rentrée 2009 et serait le seul de l'académie ».
Les 3 filières du lycée professionnel Saint-Etienne
  • Vente : un BEP « vente action marchande » (VAM) et un bac professionnel « prospection, négociation et suivi de clientèle ». 50 élèves.
  • Photographie : un CAP et un bac professionnel. 80 élèves.
  • Communication graphique : un CAP de dessinateur d'exécution en communication graphique (DECG), un CAP de dessinateur d'exécution en communication graphique (DECG) et un bac professionnel de communication graphique. 95 élèves.
  • Le lycée Saint-Etienne souhaite également proposer un bac professionnel de communicationgraphique en apprentissage à partirde la rentrée 2009.
LycÉe professionnel Clair Foyer À Prayssac
Accompagner le développement des services à la personne
Le lycée professionnel Clair Foyer propose un BEP services à la personne et dispense par ailleurs 6 heures hebdomadaires d'enseignement professionnel dans ses classes de 4e et de 3e.

Rattaché en 2004 au lycée professionnel Clair Foyer de Caussade, l'établissement de Prayssac est historiquement spécialisé dans la formation aux services à la personne. Il propose notamment un BEP qui donne accès aux métiers d'auxiliaire de santé ou d'aide médico-psychologique. « Cette filière est logiquement très demandée dans la mesure où ses débouchés sur l'emploi sont importants, explique Fabienne Morcillo, directrice du lycée. Cela explique que notre recrutement dépasse largement le cadre du département et que 80 ‰ des élèves soient internes ». En amont du BEP Services à la personne, le site de Prayssac propose à ses élèves de 4e et de 3e six heures hebdomadaires d'enseignement professionnel. Au-delà du BEP, les élèves peuvent rejoindre le site de Caussade pour passer un bac professionnel de Services en milieu rural.

« Nous avons la volonté de couvrir les différentes formations aux métiers sociaux, précise Fabienne Morcillo. Cela explique que nous proposions également des diplômes tels que le BAFA (Brevet d'Aptitude aux Fonctions d'Animateur), l'AFPS pour les gestes de 1er secours ou un CAP Petite Enfance. Dans le même esprit, nous avons développé des partenariats internationaux afin de permettre à nos élèves de suivre des missions d'aide à la personne à l'étranger. Ce printemps, des élèves iront ainsi au Maroc, à Mirleft, au sud d'Agadir. Enfin, nous avons multiplié les animations avec la maison de retraite de Prayssac ou les écoles maternelles. » Afin de compléter son offre de formation, le lycée professionnel Clair Foyer envisage d'ouvrir un bac professionnel « Services en milieu rural » par alternance, à partir de la rentrée 2009.
Les formations du lycée professionnel Clair Foyer
  • BEP Services à la personne (70 élèves).
  • Sur le site de Caussade, le lycée propose également des BEP Vente et Secrétariat/Accueil, ainsi que des bacs professionnels Technicien Conseil en Vente et Services en Milieu Rural. L'établissement réunit 550 élèves sur les deux sites (100 à Prayssac et 450 à Caussade).

LycÉe professionnel Jeanne d’Arc À Figeac

Forts de 700 élèves, le collège et le lycée Jeanne d'Arc de Figeac sont les composantes d'une PME en forte croissance, dont les effectifs ont progressé de 40 ‰ au cours des dix dernières années. Dans ce contexte d'évolution, l'établissement a confirmé sa vocation, qui reste de se dédier aux formations professionnelles sanitaires et sociales.
Les imposants bâtiments de l'établissement Jeanne d'Arc dominent la ville de Figeac et comptent désormais plus de 700 élèves, soit 40 ‰ de plus qu'il y a dix ans. Cette progression est autant expliquée par les aménagements réalisés pour «repousser les murs » que par le succès des filières professionnelles proposées par le lycée. Concrètement, il se dédie entièrement aux métiers du sanitaire et du social et n'entend pas changer de cap. « Nous proposons aujourd'hui un BEP Carrières Sanitaires et Sociales et un Bac Sciences et Technologies de la Santé et du Social, explique François Demptos, le chef d'établissement. Nos différents projets visent à renforcer cette vocation, qu'il s'agisse du CAP Assistant Technique en Milieu Familial et Collectif, qui devrait ouvrir à la rentrée 2009, ou de l'école d'aide soignante que nous souhaiterions créer à plus long terme. Par ailleurs, nous avons créé le centre de formation Arc en Ciel, labellisé par la Région, qui propose une préparation aux concours et, entre autres, une pré-qualification aux métiers du domaine sanitaire et social ». C'est donc en toute logique que ces filières réunissent la majeure partie des effectifs du lycée, soit plus de 200 élèves sur 350.
S'ouvrir vers les entreprises et l'étranger
Concrètement, ce développement est fondé sur l'ouverture la plus large vers les entreprises comme vers les pays étrangers. « Nos élèves de BEP passent chaque année 11 semaines en entreprise, alors que le programme ne prévoit que 8 semaines de stage, précise François Demptos. L'avantage est double. D'une part, cela permet aux élèves de vérifier que leur choix d'orientation est le bon ; d'autre part, l'entreprise et l'établissement peuvent mieux apprécier leur motivation. » Cette ouverture est également proposée aux élèves de la filière S.T.2S, à raison de 3 semaines d'immersion en entreprise. En ce qui concerne l'ouverture vers l'étranger, le lycée Jeanne d'Arc a rendu les voyages linguistiques obligatoires et les élèves se rendent successivement en Angleterre, en Allemagne et en Espagne. Par ailleurs, un jumelage a été mis en place au début de la décennie avec Ziguinchor, capitale de la Basse Casamance, au Sénégal. « Le lycée parraine chaque année une cinquantaine d'élèves sénégalais et dix à vingt de nos élèves passent trois semaines, en juillet, sur place dans des dispensaires. Il va sans dire qu'il s'agit pour ces jeunes volontaires d'une expérience riche d'enseignements », analyse François Demptos. En ce qui concerne la zone de recrutement pour les filières sanitaires et sociales, le rayonnement du lycée est d'environ 80 kilomètres autour de Figeac, ce qui explique qu'un tiers des élèves soit pensionnaire.

« Là encore, nous avons voulu garder une démarche pragmatique et économiquement pérenne. Comme il devenait indispensable de créer de nouvelles places d'internat, nous avons créé “La Résidence”, construite sur le modèle d'un motel, ce qui permet de louer les chambres à des groupes, durant les vacances scolaires.Dans le même esprit, nous avons créé des lignes de ramassage scolaire vers Decazeville et Villefranche-de-Rouergue afin de permettre aux élèves qui viennent de l'Aveyron de demeurer demi-pensionnaires », détaille François Demptos.

L'ensemble de ces actions a permis la création de 25 emplois au cours des dernières années et l'établissement emploie aujourd'hui 110 personnes, dont 70 enseignants. « Nous bénéficierons assurément de nouvelles opportunités de développement, car nous sommes à la croisée de deux secteurs d'activité qui vont accélérer leur progression, à savoir l'enseignement et les services à la personne », conclut François Demptos.